Un week end à Venise

14 – 16 octobre 2016

Venise, ville romantique et mystérieuse semblait être le lieu idéal pour l’anniversaire de Béatrice, et de notre rencontre.
C’est le vendredi soir, à la sortie de mon travail, que notre voyage a débuté. La destination lui était encore inconnue ! Nous avons pris l’avion depuis Paris et à son bord, turbulences et pluie nous ont tenues compagnies. Nos nerfs ont été mis à rude épreuve. À l’arrivée, nous avons pris un bateau taxi pour rejoindre le centre de la ville. Vous en trouverez à la sortie, pour 15€, en suivant les indications et après un petit quart d’heure de marche. C’était pour nous la meilleure option, en pleine nuit, même rempli de passagers et de bagages ! Nous avons traversé le grand canal, observé les façades illuminées des bâtiments ainsi que leurs ombres à l’intérieur : pas de doute, nous étions bien à Venise ; Venise et ses centaines palais, pour certains vieux de 700 ans ; disposé le long du grand canal en forme de « S » inversé qui forme l’artère de la ville.

La place San Marco

Le matin, Venise offre un autre visage, plus doux et romantique. En ouvrant les volets, à travers la fenêtre de notre chambre, nous avons pu voir les canaux entourés par des immeubles, surplombés par des ponts et traversés par des gondoles avec des couples ou des familles de tout horizon.

Depuis notre hôtel, nous avons rejoint à pieds la vaste et symbolique place San Marco où vous trouverez le palais des Doges et la basilique. Avec les grandes pluies de la veille, elle était inondée. Bien que le lieu soit très touristique et fréquenté, nous nous sommes laissés emporté par la bonne humeur des touristes traversant les flaques d’eau avec leurs bottes fluorescentes, les enfants moins sages courant aussi librement que les oiseaux survolant la place.
Nous n’avons pas fait les visites du palais ou de la tour de l’horloge, afin de ne pas perdre de temps dans les immenses queues, et avons préférer poursuivre notre visite.

Déambulation dans les ruelles de Castello

Pour la suite du parcours, nous nous sommes laissé porter par le hasard. La ville nous a invité à la flânerie et c’était sans doute la meilleure façon de la découvrir : au détour des ruelles nous avons pu admirer son architecture si unique, traverser un marché rempli de produits frais et de parfum ainsi que l’immense pont Rialto pour rejoindre le quartier de San Polo – qui au passage nous a permis d’avoir une vue grandiose du grand canal que nous avions traversé la veille – de goûter à un petit Spritz accompagné de crostini dans l’un de ses typiques bacari (où bars à vin).

Dorsoduro

Après un déjeuner copieux fait de pizza; en nous dirigeant plus à l’ouest, nous avons rejoint le quartier de Dorsoduro, plus calme et plus discret et qui est aussi le quartier des artistes. Nous y avons visité le musée Ca’ Rezzonico. Pour cette visite, le système de billetterie était en panne et on nous a gentiment dédommagé en nous faisant une réduction sur les billets d’entrées, valables pour d’autres sites … Alors que nous n’avions attendu qu’un petit quart d’heure ! Nous ne nous attendions pas à une telle générosité dans une ville si touristique. Nous avons poursuivi jusqu’à l’église Santa Maria della Salute, puis traversé le grand canal à bord d’une gondole afin de retrouver la place San Marco. Petite précision sur les gondoles : une promenade à bord d’une gondole coûte 80€, pour 40 min (le prix est réglementé). Si vous n’avez pas le temps, l’envie, ou les moyens, vous pourrez comme nous monter à bord pour seulement 2€ : il y’a une dizaine de points le long du grand canal que vous pourrez traverser ainsi rapidement de cette façon !

La place San Marco de nuit

Après avoir vadrouillé dans les quartiers de Dorsosuro le long des quais, nous avons regagné la place San Marco et avons profité d’une ouverture exceptionnelle de nuit du palais des Doges pour une visite nocturne insolite. Quel bonheur de voir ainsi le noir de Venise, de traverser les couloirs et les pièces remplis d’œuvre d’art, faiblement éclairés à la lueur des ampoules et de profiter d’un de ses plus beaux trésors avec quelques rares touristes éparts dans le Palais. Ce fut l’un des plus beaux moments de ce week-end.

Le lendemain

Le quartier de la gare de Santa Lucia que nous avions évité en arrivant par le bateau taxi ne présente aucun intérêt. Le lieu est surchargé de monde et le bâtiment pas du tout en accord avec le reste de la ville.
Plus loin, nous avons trouvé les restes de l’ancien quartier juif, le Ghetto – visite intéressante pour son côté historique – A noter que le quartier est plus vétuste, que les immeubles sont plus hauts que le reste de la ville (6 étages au lieu de 3). Nous avons regretté de ne pas avoir pris une visite organisée ; et que les principales rues de ces quartiers étaient surchargées de touristes. Nous avons ensuite bondi à bord d’un vaporeto puis d’un bateau taxi pour regagner l’aéroport ; la tête remplie de belles images.

Nos conseils : Commencez par la place San Marco très tôt le matin, puis vadrouillez à pieds dans les différents quartiers, laissez-vous guider par les petits canaux et les ruelles, cela devrait largement occuper votre journée. En chemin, vous pourrez visiter ou apercevoir de nombreux palais. Essayez de visiter le palais des Dodges le matin où comme nous, la nuit. De  cette manière, la ville y offrira son plus beau visage : mystérieux, insolite et paisible. Si vous avez plus de deux jours, prolongez votre séjour vers les îles nord colorées de Murano puis de Burano.