Qui sommes nous ?

Visoth​

Né dans un camp de réfugiés proche de la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande, je suis arrivé en France à l’âge de 4 ans, en 1989.
Mon enfance a été rythmé par le temps passé avec mon grand frère dans les jeux de société, les jeux vidéos, les dessins animés, les dessins et plus tard les mangas.
Par la suite, j’ai suivi des études scientifiques, avant de faire une école d’ingénieur : les mathématiques, la physique ou encore l’électronique, l’algorithmie et l’informatique ont forgé ma rigueur et étendu mon champs de vision. Aujourd’hui, dans mon travail, je découvre tous les jours de nouvelles choses, je résous des problèmes, j’automatise des tâches, je construis des applications.
J’aime me décrire comme un grand rêveur qui tente tous les jours d’élargir sa vision du monde et des autres cultures…

Béatrice

Née dans un petit pays (la Suisse!) entre le lac Léman et la dent de Jaman, j´ai grandi dans un petit cocon. Mes passe-temps favoris étaient d’aller vite en vélo pour faire peur à ma mère, aller goinfrer les pigeons et les moineaux, écouter des toooooonnes d’histoires, et jouer avec mes peluches et mon gros chat.
Puis, ma mère, d’origine franc-comtoise et mon père, originaire de « Valencia » (vous l’aurez compris, la Valence d´Espagne) partîmes laissant derrière nous neige et fondue pour retrouver mer et paella! Nous nous installâmes donc à Valence, ville qui a bien changé depuis. Mon premier souvenir fut l’odeur des égouts (assez forte lors de chaleurs) et les gens toujours « fâchés »: en fait, ils ne faisaient que parler… 😉 Je m’habituai vite à ce nouvel habitat et y restai jusqu’à mes 22 ans. Facile avec le soleil, la plage, et le bon vivre des gens! Après des études de pédagogie, je fis des études de Lettres Modernes que je continuai à Nanterre pendant deux ans: je répondis donc présente à l’appel parisien, en même temps je ne pouvais pas faire autrement puisqu’à l’adolescence je dévorais les Zola et Flaubert. Ainsi, depuis presque huit ans, je réside à Paris. J’ai cherché Nadja, Esmeralda, la petite Zazie, la pauvre Gervaise, les âmes de Rimbaud, de Baudelaire et de Brel… Je crois en avoir croisé quelques uns, j’en ai connu des nouveaux. Je n’en n’ai pas fini avec ma tentative d’épuisement parisien, mais le futur est incertain. Et heureusement!
Pourquoi ce blog ? Parce que j’aime écrire, parce que je voulais partager avec mes proches certains vécus d’une autre façon qu’avec des simples partages facebook, parce que j’ai toujours utilisé certains de ces supports (fotolog, myspace, etc.), et parce que si ce que je vis peut être utile à des êtres inconnus (VOUS, évidemment!), ça sera top!

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑