L’arrivée en Equateur, le premier jour à Quito

Après un vol Madrid-Miami et une nuit à l´hôtel, nous nous sommes réveillés à 6h30 et avons rejoint la porte d’embarquement à 9h à bord du « sky train », un train entièrement automatisé, mise en service en 2010, qui nous a transporté d’un bout à l’autre de l’immense hall D (et ses 60 portes d’embarquement), en cinq minutes. Le vol vers L’Equateur a duré près de quatre heures, et nous a permis de survoler et d’admirer le ciel et à travers les quelques nuages, la couleur bleu turquoise de la mer des Caraïbes, les îles des Bahamas, de Cuba… Le continent sud américain se rapprochait de nous petit à petit.

Une fois arrivés à l’aéroport, nous nous sommes dirigés vers notre hôtel à bord d’un taxi qui roulait à toute allure, à travers les routes et les infrastructures flambant neuves. Cette conduite s’avéra être « normale » en Équateur…

Nous sommes restés trois nuits à l’Hostal Quito Cultural, situé au cœur du centre historique de Quito. C’est un bâtiment ancien datant de l’époque coloniale: son patio, entouré de balcons, de canapés, de pots de plantes lui confère un aspect accueillant et typique. Nous y avons déposé nos sacs avant de commencer notre première expédition dans la vielle ville.

Nous nous sommes très vite sentis perdus au milieu des vendeurs ambulants, des policiers, des enfants cireurs de chaussures, des agents de trafics et leur sifflet – imitant le cri des oiseaux en rut -, des voitures et des bus avec leur fumée noire sortant des pots d’échappements…

A deux pas de l’hôtel, la « Plaza Grande » (aussi appelé la place de l’Indépendance), est la place principale de la ville. Verte et très animée, on y trouve le monument dédié aux héros du 10 août 1809, le palais présidentiel (faisant de cette place le symbole du pouvoir exécutif), la cathédrale, l’ancien palais de l’archevêché (aujourd’hui transformé en une arcade de restaurants).

Plus loin, en suivant notre guide, nous avons visité la Plaza de San Francisco, malheureusement en travaux, mais aussi l’impressionnante église baroque de la compagnie de Jesus qui est très certainement l’église la plus richement décorée du pays. A l’intérieur nous avons eu droit à une intéressante visite guidée gratuite, en espagnol. « Callejear » (flâner dans les rues) est le meilleur moyen d´admirer le magnifique centre historique.

Petit bonus de la journée : les mimes du soir et le siège du chauffeur du bus!