Pompei et Naples

Pompei

Nous savions que la chaleur allait être au rendez-vous, mais il était dommage de passer si près de Pompei et de ne pas y aller. Est-ce que c’était la meilleure option du voyage? Question pertinente car il y avait énormément de touristes et surtout, il faisait vraiment, mais vraiment chaud (et pas d’arbres où se cacher!). Par contre, après coup, nous en gardons de très beaux souvenirs, donc si vous n’êtes pas sûrs d’y revenir de si tôt, n’hésitez pas et allez-y!
Par contre quelques conseils :
Nous logions dans la ville même, à hotel del sole pompei . Nous recommandons vivement cet hôtel, très propre, qui offre une très belle vue. Loger à Pompei permet aussi d’éviter la fatigue du voyage depuis Naples et les heures de chaleur, et puis, finalement, de se doucher rapidement pour s’enlever la terre collée à la peau après une journée dans le site! (pas négligeable…)
Question billetterie : Ne faîtes pas comme nous! Achetez vos billets à l’avance, car nous avons perdu au moins une demi-heure dans la fille d’attente, même en arrivant plutôt tôt, c’est quand-même bête, surtout que le soleil ne tape pas si fort à ce moment de la journée!
Une autre question pratique : guide? audio-guide? Visite libre? Nous avions évidemment potassé notre visite à l’avance, mais une fois dedans, on s’y perd. Le site est immense, et vous ne pourrez voir qu’une partie en une journée, c’est pour cela que nous nous retrouvons tous aux mêmes endroits. Un conseil : n’hésitez pas à dévier votre itinéraire, nous avons fait de belles découvertes en s’éloignant du parcours habituel. Les audio-guides permettent de vous aider dans votre parcours, mais restent plutôt limités. Et si c’était à refaire? Je pense qu’on prendrait une visite guidée, en prenant le risque que cela suppose, car en effet, les visites sont très dépendantes du guide, donc soporifiques ou très intéressantes. Mais pour entrer un peu plus dans l’histoire, ça vaut peut-être sûrement le coup!
Vous pouvez manger dans le site, évidemment rien d’extraordinaire mais cela vous permet de faire une halte… air conditionné!
Le bilan : c’est inévitablement un site passionnant, à faire aussi avec des enfants (j’en garde des merveilleux souvenirs lorsque j’y suis allée à 12 ans), malheureusement surpeuplé, seul l’irrespect de certains touristes et le manque de gardiens peuvent venir entraver votre visite.
Dans le sac, n’oubliez pas crème solaire, chapeau, vaporisateur d’eau, eau, et quelques biscuit car la cafétéria peut rapidement être bondée.
Nous n’avons pas eu le temps de visiter Herculanum, on vous laisse un article qui nous a semblé intéressant.
Le Vésuve était aussi une option pour nous, rapidement mise de côté car son accès était interdit pour incendies.

Naples.

Ville avec beaucoup d’énergie, c’est aussi la ville d’Elena Ferrante! Et oui, pour la visiter, pourquoi ne pas lire l’Amie prodigieuse pour commencer à comprendre cette ville? Car en 1850, Naples était la troisième ville européenne, mais peu à peu la corruption -et tout ce qu’elle entraîne- s’y est installée. Depuis les années 2000, la ville fait néanmoins beaucoup d’efforts, mais certaines zones sont à éviter la nuit (conseil de napolitains!), comme le quartier Espagnol et Lungomare. Par contre, le jour, nous avons déambulés dans le centre historique vers la Via San Gregorio Armeno et ses santons sans problème, et comme nous étions à la fin du voyage, nous avons surtout fait les boutiques Via Chiaia et sommes allés -pour la première fois lors de nos vacances – aux termes pausilya. Histoire de se détendre avant le vol de retour…

 

Sachez qu’à Naples, les plages sont payantes (mais lorsque nous y sommes allés il ne restait qu’une heure avant la fermeture, nous avions passés gratuitement!) et ferment plutôt tôt. Aussi, les restaurants du centre, en été, sont bondés, tout le monde est dehors et profite des soirées jusqu’à tard la nuit. Après plusieurs tentatives nous avons finalement dîner au Spuzzule Wine bar. Notre coup de cœur culinaire napolitain, la gelateria remy
Naples invite donc à la flânerie, à la déambulation… Nous avons longé via Francesco Caracciolo plusieurs fois, nous nous sommes arrêtés au fil de nos envies, passés part la Piazza dei Martiri (fans de Ferrante vous comprendrez !), pas vraiment de visites historiques, mais juste l’envie de ressentir cette ville.