L’île de Ouessant, Bretagne, France.

Où 2+2 = 4

Coulant sur les chemins, à vélo ou à pied, on parcourt l’île d’Ouessant avec une légèreté hors de l’ordinaire. Deux jambes, deux roues, il ne vous faut que ça.

Pourquoi je dis ça? Mais parce que c’est vrai!!!! Une fois arrivés à l’île, vous trouverez trois agences de location de vélo, avec un tarif de 14 euros la journée (par tranche de 24 heures). Ce tarif inclut le transfert de bagages à l’endroit où vous dormez: vous n’avez qu’à déposer vos bagages dans le minibus et voilà! Pour le retour, même dispositif: il faut juste les prévenir un jour à l’avance. Bon, je dois avouer que nous ne le savions pas donc nous avons marché pendant vingt minutes avec nos sac-à-dos, ça va encore…!

Un peu de géographie:

Ouessant fait partie du Finistère, elle se partage la Mer d’Iroise avec quatre îles qui s’aperçoivent depuis le Conquet. C’est la plus grande île et avec Molène, elle fait partie du parc naturel régional d’Armorique. Il y a peu près 750 habitants recensés, et après nos voyages en Italie en plein été, côté densité tourisme, ça va! Ça nous est arrivé de passer une heure sans croiser personne, pour une île d’une superficie d’un peu plus de 15km2, on ne se plaint pas 😉

Donc, une fois que vous avez loué les vélos, il suffit de pédaler, ah oui ça peut faire mal aux cuisses à certains moments!! Le bourg s’appelle Lampaul, vous pouvez y loger mais prévoyez à l’avance votre logement, car comme je vous l’ai dit, le tourisme de masse, ça n’existe pas à Ouessant! Si jamais, juste à l’entrée du bourg, il y a un camping, et des logements chez l’habitant sont répartis dans toute l’île dans des hameaux (de quatre maisons pour certains..!). Nous dormions dans un petit hameau à un kilomètre du port du Stiff, mais sachez que si vous êtes logés loin de Lampaul, il vous faudra soit marcher soit pédaler pour aller dîner (à moins que le logement fasse table d’hôte).

Pourquoi Ouessant?

Nous avons adoré Ouessant, car nous avons eu une sensation de liberté absolue: c’était peut-être une sensation que nous n’avions pas eu depuis l’Équateur, et vous devez vous dire que j’exagère, mais je ne vous transmets que mon impression… Déjà, pas d’antivol pour les vélos, je crois que nous étions les uniques personnes à les mettre (les premières heures…) dans toute l’île, mais notre petite âme de citadin nous y obligeait…! Ensuite, car il n’y a presque pas de voitures, et de nombreuses pistes réservées aux marcheurs et aux cyclistes. Attention, les sentiers côtiers sont interdits aux vélos, mais vous pouvez vous y approcher sur votre deux roues, marcher pendant deux heures et récupérer votre vélo par la suite.

Le premier jour, nous avons mangé à la crêperie du Stang, vraiment très bon et original, et ensuite nous sommes partis du bourg de Lampaul, et nous avons marché par le petit chemin côtier jusqu’à la pointe de Pern, difficile de ne pas s’arrêter toutes les cinq minutes pour faire des photos…! Nous avons continué jusqu’à Kernevez et redescendu jusqu’au bourg. La promenade nous a pris —heures, et en y allant très tranquillement. Nous nous sommes arrêtés à une savonnerie artisanale, et je regrette de n’avoir pas acheté plus de produits!

De retour au bourg, nous avons enfin loué les vélos et avons fait un tour sur l’île afin de rejoindre notre chambre. Le soir, nous avons super bien dîné Chez Jacky, attention, nous avions réservé à l’avance le ragoût d’agneau dans les mottes, délicieux!

Et la nuit, le plus beau spectacle, la lune reflétée sur la mer avec une puissance incroyable! Nous n’avons pas de photos dignes pour vous le montrer… à voir 😉

Le deuxième jour, nous avons visité la partie sud-est de l’île, en alternant entre le vélo et la marche.

Comment y arriver?

Depuis Paris, 3:30 de tgv direct vous laisse à Brest, de là, il faut juste sortir de la gare SNCF et vous arrivez à la gare routière. Vous trouverez le guichet pour vous acheter un billet (2 euros) pour la ligne 11 qui doit vous dépose au Conquet Embarcadère. Attention, aux horaires! De là, vous prendrez le bateau qui passe par Molène pour aller à Ouessant avec la compagnie Penn Ar Bed. Une autre option est de prendre le bateau directement depuis Brest, il y a une vingtaine de minutes de marche entre la gare SNCF et le port maritime, attention le trajet est plus long (2h30) mais il permet de voir la rade de Brest!

Nous avons eu de la chance avec le temps, sauf les premières heures, et malheureusement ça s’est senti dans le bateau, ouich! Des sacs vomisseurs à disposition 😉

Ce que nous avons regretté, c’est de ne pas avoir vécu une tempête sur l’île… Nous ne nous plaignons pas car nous avons eu super beau temps, c’était la bronzette assurée 😀 Mais nous nous imaginons bien que le paysage doit être spectaculaire et très changeant, même par mauvais temps…

Aussi, nous voudrions bien connaître ses petites sœurs, dont Molène mais aussi Batz, Sein et L’archipel des Glénan!