Déambulations dans Mindo

Le village est au milieu de magnifiques collines où viennent s’attacher les nuages en fin de journée. On y croise de nombreux touristes, quelques locaux et habitants, qui vivent du tourisme, pas mal de maisons en construction, des chemins de terre, et beaucoup de restaurants.

La place centrale est à côté d’un internat, et à quelques mètres de l’arrêt de bus. Pour y manger, nous vous conseillons Chispita, les hamburguers au quinoa au Mishqui Quinde, et l’unique endroit où nous avons trouvé des équatoriens, qui pour trois dollars vous offrent un repas local: La Sazon de Marcelo, à deux pas de l’arrêt de bus.

Une halte

C’est comme un autre monde, une autre vie. Être loin de tout, au milieu de la nature, en laissant derrière-nous n’importe quel lien, sécurité, quotidienneté. Expérience de tranquillité absolue, sans objectifs, sans objets, sans tensions. Chaque minute s’allonge et le  bruit de la rivière, des oiseaux à l’aurore et à l’aube viennent inonder les heures qui oublient de sonner.

Les nuages, les montagnes, les arbres. Triangle parfait. De temps en temps la pluie arrive mais rapidement le soleil prend le pouvoir.

C’est comme être chez soi, mais loin, très loin de tout.

Sans la valeur ajoutée de la beauté superficielle, nous obtenons une beauté similaire à ce qu´on pourrait appeler « la pureté ».

Nous cherchons sans cesse des sensations et des aventures qui nous « remplissent », et en échange nous avons des « gigas » de photos et vidéos ainsi qu´une liste rayée. Nous sommes beaucoup à tomber dans le piège. Mais, souvent, il vaut mieux creuser un peu plus et approfondir le séjour. C´est ce que nous rappelle Chispita, la propriétaire d´un bar à côté de la place principale de Mindo. Elle parle portugais, français et espagnol, et elle t´ouvrira un peu plus que les portes de son bar. Prenez-y un « canelazo » ou un vrai café et découvrez ce qu´elle vous offre: un peu de sincérité dans ce village touristique.